Pardonner, bonne ou mauvaise idée ?

Le coeur un peu lourd…

Ces derniers temps j’ai en gros sur la patate les amis ! Vous savez quand on nous pousse tellement à bout qu’on a juste envie de faire une petite intervention en mode « Heu excusez-moi les gars, je voulais juste vous dire ciao car j’ai mon avion pour Bora Bora dans une heure donc là faut que je me barre ! Allez A+ !!! ». Bon maintenant qu’on est remonté comme une pendule, on fait quoi avec tous ces petits sacs de rancoeurs ? On va quand même pas partir à Bora Bora aigrie et chargée comme une mule ? Et si le pardon était la solution pour se libérer d’une emprise néfaste et dénouer ce sac de noeuds qu’on a dans le ventre. Le pardon serait libérateur, bienveillant, juste, mais a t-on envie d’être juste et bienveillant auprès de ceux qui nous ont fait du mal ? C’est après des années que j’ai compris que cette bienveillance et ce sentiment de liberté c’est à toi que tu l’offres lorsque tu pardonnes et non à l’autre.

J’ai encore beaucoup de difficulté à pardonner notamment à cause de ma fierté/égo. Du coup j’ai adopté plusieurs astuces pour baisser ma garde afin de me sentir mieux. L’occasion de jeter à la mer mes petits sacs de rancoeurs et dénouer mes noeuds au coeur (bordel que c’est beau, Rock Voisine prends en de la graine mon bonhomme !).

1) Pardonner ne veut pas dire oublier

Pardonner ne veut pas dire renier ou être dans le déni de ce qui s’est passé, bien au contraire. Pardonner c’est ce souvenir exactement des faits, de la douleur ressentie et retenir le courage dont nous avons fait preuve pour surmonter nos difficultés. La force intérieur que nous avons est illimitée et ne dépend que de notre bon vouloir pour exprimer son plein potentiel. J’ai également constaté que certaines épreuves nous permettent de développer une sorte de « radar » (sans devenir parano pour autant) envers les personnes qui pourraient être néfastes. Cela nous permet de faire un tri dans nos fréquentations et de flairer en amont la sorcière de blanche neige qui veut nous faire croquer dans sa vieille pomme moisie !

2) Accepter l’imperfection de l’autre

Comme expliqué dans mon article précédent, nous avons tous un cerveau et un mode de pensées différents. Nous sommes des êtres profondément imparfaits et très différents les uns des autres. Personne n’est irréprochable, ayant tous des attentes et des valeurs différentes nous sommes donc voués à être déçus. L’humilité et l’empathie peuvent être la solution : se rappeler que nous faisons aussi des erreurs que nous avons nos défauts et des axes d’amélioration à travailler comme tout le monde. De plus, il est toujours utile de se mettre à la place de son interlocuteur pour faire preuve de compréhension face à un comportement qui ne nous conviendrait pas.

3) Le moment présent

Je me suis également aperçue que lorsque j’étais très connectée au moment présent le passé n’a plus d’importance et le futur n’est plus une source d’angoisse. Notre esprit ne rumine plus et notre flux de pensées diminue. L’idée est de se concentrer à 100% sur l’activité que nous sommes en train de réaliser, le pardon est alors inévitable puisque seul le présent compte.

Les choses à retenir :

  • Pardonner prend du temps, il faut être patient.
  • Ne pas accélérer le processus pour éviter que la blessure soit encore présente.
  • Apprendre à être tolérant et emphatique.
  • Pardonner c’est prendre soin de soi.

Est-ce que tout est pardonnable ? Je ne sais pas, en revanche je reste convaincue qu’il n’y a pas d’acte plus humain que celui de pardonner.

Pour vous est-il facile de pardonner ? Quelles sont vos astuces ?

Je vous embrasse, à très bientôt 🙂 

Valentine

Hop hop hop ne partez pas tout de suite ! Vous avez oublié de me suivre sur instagram et sur facebook 😉



12 commentaires sur “Pardonner, bonne ou mauvaise idée ?

  1. Bonjour Valentine, d’habitude je pardonne facilement mais…. en ce moment j’en veux à une personne et je n’arrive pas à lui pardonner, je ne sais pas l’attitude que j’aurais si je la rencontrais face à face, pour le moment on s’évite!!! bien que parfois j’ai envie de crever l’abcès. Bisous bon lundi MTH

    1. Merci pour votre partage Marie 🙂
      Il faut du temps, le temps de décolérer, puis dans quelques mois reposez-vous peut-être la question si vous êtes prête à pardonner. Très belle journée 🙂

  2. C’est très bien dit. 😉
    Moi aussi, le jour où j’ai compris que pardonner me permettait de me libérer moi-même, ça m’a fait avancer ! D’ailleurs, même pas obligée d’informer l’offenseur(se) que je lui ai pardonné, c’est vraiment moi qui décide de ne pas me venger, de ne pas nourrir de rancoeur, bref, de rester libre et de profiter du moment présent.
    Merci !

    1. C’est une très belle remarque et c’est tout à fait vrai ! « même pas obligée d’informer l’offenseur(se) que je lui ai pardonné, c’est vraiment moi qui décide  » Merci pour ton commentaire, à bientôt 🙂

  3. Pardonner c’est aussi aider la personne en face à ne plus jamais reproduire cette bêtise, l’aider à surmonter cette pente pour que tout aille mieux dans sa vie ! 🙂 Dans des cas il faut pardonner et passer à autre chose pour que l’esprit de chacun se libère, et parfois il faut rester en contact. Il n’y a pas de recette miracle juste un ressenti personnel et ancré en nous. Pardonner c’est dur mais le demander aussi…

  4. Accorder son pardon m’a été plus d’une fois difficile, la seule qualité qui me sauve est que je ne suis pas rancunière…mais je n’oublie pas, je n’oublierai jamais.
    Une fois, un ami très cher m’a dit « ne t’inquiètes pas, il y a toujours une justice sur cette terre », j’ai gardé cette phrase en mémoire sans trop en comprendre le sens…j’avais 20 ans…avec le temps et l’expérience il s’est avéré qu’il avait bien raison car la roue tourne!
    Il faut avancer, écarter les personnes nauséabondes et continuer à vivre avec/ pour les gens que l’on aime

    1. Il y a aussi la notion de karma, tu récupères tôt au tard ce que tu sèmes en bon comme en mauvais. Merci pour le partage de ton expérience en tout cas 🙂

  5. Pour pardonner, je passe tout simplement à autre chose, je trouve quelque chose pour m’occuper, comme Netflix ou suivre des documentaires sur Youtube. Ça m’aide beaucoup à passer le temps.

Laisser un commentaire